BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

18 septembre 2012

LA MALADIE DES CERTIFICATS MÉDICAUX


Certains  certificats médicaux sont abusifs. Ils n’ont aucune utilité ni pour la  personne dont on certifie qu’elle ne présente aucune contre-indication à la  pratique d’une activité, ni pour la santé publique.




Jean-Paul CANEVET, médecin généraliste d'Orvault (Loire-Atlantique) dénonce (1)  « La maladie des certificats médicaux ».



« Chez les médecins généralistes, voilà le retour de la saison des certificats en tous genres. Pendant les semaines de rentrée, une partie de leur temps de travail est consacrée à certifier que le demandeur ne présente aucune contre-indication à la pratique d'une activité sportive.

Ce qui paraît une mesure de bon sens pour des sports à risque, comme la plongée ou la boxe, confine souvent au ridicule s'il s'agit de paisibles occupations de loisir, comme la marche à pied ou l'aquagym. Chaque médecin généraliste a son bêtisier des certificats : pour la pèche à la ligne, le billard ou la « gymnastique douce »...

Pour des praticiens surchargés qui peinent à satisfaire les demandes des malades, ces certificats de rentrée viennent s'ajouter aux innombrables justificatifs que doivent produire des personnes présumées bien portantes pour avoir accès à toutes sortes de démarches de la vie quotidienne (pas de prêt bancaire sans certificat médical...).


Ces demandes hétéroclites agacent d'autant plus les praticiens qu'elles ne s'appuient souvent sur aucune obligation légale : la loi n'impose pas, par exemple, de certificat annuel pour les pratiques sportives de loisir, sans compétition. Mais l'inflation certificatrice illustre l'ambiguïté de la demande sociale faite à la médecine, à la fois surinvestie comme instance de normalisation et instrumentalisée par l'idéologie du risque zéro. Le passage obligatoire du sportif par le cabinet médical témoigne de ce paradoxe qui fait du sport à la fois une hygiène de vie, érigée en norme sociale sous contrôle médical, et un risque sanitaire auquel on ne peut s'exposer qu'avec autorisation médicale.

En dehors des quelques cas de sports à risque, cette conception d'une prévention molle et généralisée, sans objectif ciblé et évaluable, n'a plus cours aujourd'hui. C'est aussi le point de vue de l'assurance-maladie qui ne rembourse pas ces consultations médico-sportives. La balance bénéfices/risques du certificat médico-sportif ne penche pas en faveur de cette pratique systématique qui impose aux praticiens des taches souvent inutiles et parfois absurdes. Les médecins certificateurs sont là confrontés à une inversion de leur rôle : attester l'absence de maladie, au lieu de soigner ou prévenir. La (relative) pénurie tant redoutée de médecins généralistes impose d'ouvrir le débat sur cette pratique qui confisque du temps médical au détriment du soin.»

Cette lettre est juste en  tous  points. Mais je voudrais y ajouter un élément qui me semble très important. Supposons qu’un club de pêche à la ligne demande des certificats de non contre-indication à la pêche à la  ligne. Un candidat à la pêche ira voir un médecin et lui demandera un certificat. Le médecin considérera la demande comme idiote, abusive et non fondée mais, pour ne pas ennuyer le client demandeur, il finira par établir ce certificat.



On peut imaginer ensuite deux situations: ou bien il fait payer cet acte et alors il est obligé de faire comme s’il recherchait une contre-indication, ou bien il ne fait pas payer et manifeste alors qu’il considère ce certificat comme de la paperasse inutile et sans intérêt.



Dans le deuxième cas, il y a  seulement, si l’on peut dire, perte de temps et inutilité de l’acte mais, dans le premier cas, les conséquences sont bien plus graves. Les gens souhaitent que le médecin soit compétent et qu’il cherche à les soulager, à les guérir, à les conseiller et que le  médecin soit lui-même conseillé, aidé dans le cadre d'un système global cohérent ayant des  objectifs précis. Cet acte stupide vient leur montrer de façon caricaturale que tel n’est pas toujours le cas. Mais surtout, cela introduit chez tous une forte dose de scepticisme: comment croire au sérieux de ces médecins et de cette médecine qui s’accommodent des certificats de non contre-indication à la pêche à la ligne ? 



Jean-Pierre LELLOUCHE

Addendum: Il existe sur ce lien du site du Ministère de la santé un rappel sur le bon usage des certificats médicaux, avec un document annexe sur les simplifications adminsitratives de l'exercie médical concernant ces certificats, ceux qui sont obligatoires et ceux qui sont imaginaires ou abusifs.

(1) courrier des lecteurs au quotidien régional Ouest-France du 17 septembre 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire