BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

23 juin 2013

LES VACCINS A L'ALU, ON N’EN PEUT PLUS


Il existe actuellement une controverse concernant le rôle de l'adjuvant aluminique vaccinal dans le déclenchement d'une affection neuromusculaire décrite en France en 1998[1] sous la dénomination de myofasciite à macrophages ( MFM). Cette appellation fait référence aux caractéristiques de la biopsie musculaire qui retrouve chez ces malades, au sein du site vaccinal, des inclusions d’aluminium, et ce parfois des années après l’injection initiale mise en cause.



L’aluminium a été longtemps considéré comme sans danger pour l’homme du fait de son caractère ubiquitaire (bauxite, argile) et de sa faible absorption  (< 1%) par voie orale. De multiples études [2][3] ont cependant  démontré depuis une trentaine d’années le rôle neurotoxique de l’aluminium chez l’homme. 

Les premières observations quasiment expérimentales ont été décrites sous le nom "d’encéphalopathie des dialysés" attribuée en 1978 à l'aluminium contenu dans le liquide de dialysat des insuffisant rénaux soumis à ces traitement pluri-hebdomadaires[4]

Par ailleurs deux études cas-témoins, une étude française de l’Inserm [5] et une étude canadienne [6], sont en faveur d’une augmentation du risque (multiplié par 1,5 à 2,5) de démence et de la maladie d’Alzheimer en particulier, dans les zones où l’eau distribuée est riche en aluminium (supérieures à 100 µg/l). Des recherches, aux résultats contradictoires, objectivent cependant pour la plupart que l’aluminium s’accumule préférentiellement dans les zones de dégénérescence cérébrale des cas de maladie d’Alzheimer. 

Des déficits des scores de développement psychomoteur ont été mis en relation avec les apports en aluminium par l’alimentation parentérale chez des nouveau-nés prématurés, avec une relation dose effet proposée par les auteurs[7].

Un palier important dans la nocivité potentielle de l’aluminium a été franchi lorsque cette molécule a été mise en accusation en tant qu’adjuvant associé aux vaccins les plus courants injectés par voie intramusculaire. La plupart de ceux-ci contient en effet de l’hydroxyde d’aluminium qui a pour mission de stimuler l’immunité naturelle et d’amplifier ainsi la réponse immunitaire adaptative en anticorps déclenchée par l’injection de l’antigène vaccinal[8].


Nous sommes donc en 1998, peu de temps après le début de la campagne de vaccination généralisée contre l’hépatite B en France qui vient d’aboutir à une vaccination massive de plus de 20 millions de personnes sur ces quatre dernières années.  Une publication princeps [1sort cette année-là émanant d’un groupe de neurologues et neuro-pathologistes travaillant dans le cadre des recherches scientifiques de l’AFM (Association Française contre les Myopathies). Ils décrivent une affection inconnue définie par une image histologique de biopsie musculaire tout à fait particulière qui est baptisée myofasciite à macrophages (MFM). Il existe en effet dans le fascia entourant les fibres musculaires des amas de cellules, les macrophages, qui contiennent des granulations de nature inconnue. Les recherches ultérieures montreront qu’il s’agit en fait de cristaux d’aluminium persistants au site d’une injection vaccinale antérieure. La biopsie musculaire des 14 personnes incluses dans cette première publication présentaient toutes des symptômes associant des algies prolongées ainsi qu’une fatigue chronique.

Au fil des mois, une cohorte de quelques  dizaines de cas (54) est recensée par la même équipe[9], permettant une approche plus complète de cette affection émergente. Les personnes présentant ces lésions de MFM ont une symptomatologie stéréotypée faite de douleurs musculaires et articulaires diffuses, d’une fatigue intense ainsi que des troubles du sommeil  avec des troubles cognitifs (mémoire, attention…) qui pourrait presque simuler une affection psychosomatique. Un tiers présentent de plus une affection auto-immune associée (sclérose en plaques surtout). Toutes ont enfin reçu, dans les mois ou années précédents, une injection de vaccin contenant un adjuvant aluminique (vaccin anti-hépatite B surtout, vaccin anti-hépatite A ou antitétanique sinon) expliquant donc cette persistance tardive de dépôts d’aluminium au sein du muscle deltoïde qui a été biopsié.

Parallèlement aux personnes (54) présentant la signature histologique de la myofasciite (groupe appelé MFM +), cette étude avait permis de la comparer, de façon rétrospective, à une population témoin (565) venant consulter pour des troubles neuromusculaires divers (dont surtout des myalgies) et dont la biopsie ne présentait aucun signe histologique de MFM (groupe appelé MFM -). En ayant pu réinterroger une partie des personnes de ces deux cohortes sur leurs antécédents vaccinaux, 113 déclarèrent avoir reçu un vaccin contenant un adjuvant aluminique.  Sur ces 113 personnes biopsiées par la suite, 97 (soit 87%) faisaient partie du groupe témoin MFM - (sans signes histologique de myofasciite) et 16 (soit 13%) au groupe ayant des stigmates histologiques de myofasciite, dénommées MFM +. Ce point démontre clairement que, chez les patients consultant pour des douleurs musculaires et ayant reçu une vaccination antérieure, presque 9 fois sur 10 (87%), on ne retrouve pas d’image d’inclusions aluminiques évocatrices de myofasciite. L’image de myofasciite n’est donc pas un simple « tatouage vaccinal » comme on le verra écrit plus tard par certains mais un critère histologique spécifique définissant la MFM-maladie.

C’est à cette période que le regroupement des personnes touchées par ce syndrome se met en place au sein d’une association (E3M [10]). Leur  revendication principale est bien sûr la reconnaissance de leur maladie et la poursuite de recherches sur les causes de leur affection qui parait secondaire avant tout à un acte vaccinal.

Dr C-A SIEGRIST
Ailleurs, la parution de cette étude jette le trouble au sein des plus hautes instances médicales. L’Académie de médecine se sent obligée d’intervenir. Elle auditionne en particulier le Dr. C-A. SIEGRIST, titulaire de la chaire de vaccinologie de Genève, fin 2003. Pour elle, aucun doute n’est permis, la lésion histologique décrite n’est qu’un « tatouage vaccinal » qui pourrait être retrouvé chez toute personne qui aurait reçu une vaccination contenant de l’aluminium. Elle va même plus loin déclarant sur un ton polémique envers les découvreurs de cette maladie émergente et les malades :  « En tant que médecin, je répondrais que la « MFM-maladie » est née de l’existence de patients souffrants de symptômes inexpliqués, parfois invalidants, et du souhait compréhensible des médecins de trouver une explication à ces souffrances… sans doute additionné de l’intérêt des chercheurs à mettre le doigt sur « une nouvelle maladie » ! Les ingrédients supplémentaires de cette histoire sont l’accusation des industriels, l’espoir de toucher des indemnités substantielles étant partagé par les avocats, et la récupération par une certaine presse avide de toute polémique de sécurité sanitaire, et plus particulièrement vaccinale. »[11][12]

La pharmacovigilance nationale (AFSSAPS) est aussi sollicitée dès 2002 pour donner son sentiment sur cet ensemble de symptômes assez stéréotypés et leurs liens avec l’image musculaire post-vaccinale. Une étude cas-témoins[13] a permis de comparer 25 personnes dont la biopsie musculaire avait révélé une lésion de myofasciite (MFM +) et 93 témoins porteurs de pathologies neuromusculaires pour lesquelles la biopsie ne montrait pas d’image de ce type. Une fréquence nettement plus grande de fatigue chronique existe chez les personnes MFM +, tandis qu’aucune différences n’est notée en ce qui concerne les symptômes myalgies et arthralgies. Cette étude présentée officiellement comme négative et faite pour démontrer l'absence de lien entre une lésion histologique et un symptôme montre au contraire que cette lésion est visiblement liée au moins à un syndrome de fatigue chronique. Pourquoi un syndrome de fatigue persistante serait-il plus souvent retrouvé chez une personne porteuse d'un simple "tatouage vaccinal" ?

Cependant, du fait de la faiblesse des effectifs (25) et de l’absence de définition précise de la maladie MFM, les auteurs de l’étude épidémiologique concluent que ce type d’étude ne peut permettre de conclure et ils recommandent une recherche complémentaire. Contre toute attente, le comité scientifique de l’AFSSAPS dans son avis du 5 mai 2004 se contente de psalmodier que cette étude ne permet pas de «remettre en cause la balance bénéfice-risque des vaccins contenant un adjuvant aluminique» et que par conséquent il «ne recommande pas, à ce jour, la réalisation de nouvelles études épidémiologiques». La messe est dite, la MFM n’existe pas et on peut donc continuer à vacciner comme avant.

La colère des patients et des neurologues découvreurs de la MFM est telle que le directeur de l’AFSSAPS se sent obligé de rendre un avis complémentaires dès le lendemain[14]. Il est finalement décidé en complément «une nouvelle évaluation commune des risques potentiels liés à l'exposition de la population française à l'aluminium». 

Pour l’instant, il n’a été publié qu’une étude sur l’aluminium contenu dans les déodorants[15]. Les pharmacologues émettent des recommandations d’extrême prudence vis-à-vis de l’absorption en exposition chronique de l’aluminium des déodorants, en écrivant que «les marges de sécurité calculées sont insuffisantes, ne permettant pas d’exclure un risque pour la santé du consommateur ». De façon paradoxale, l’aluminium vaccinal ne mériterait pas (encore ?) de bénéficier pour l’AFSSAPS des mêmes précautions que l’aluminium des anti-transpirants.

Il sera par ailleurs démontré depuis, par l’association E3M, que des conflits d’intérêts du conseil scientifique de l’AFSSAPS de mai 2004 étaient accablants[16].



L’Académie de médecine aura aussi son mot à dire sur cette polémique soulevée à propos de l’aluminium vaccinal. Elle a publié récemment une mise au point élargie à l’ensemble des adjuvants vaccinaux[17]. Les "immortels" reconnaissent la pénétration cérébrale de l’aluminium absorbé par voie injectable: "par voie digestive l’aluminium de l’alimentation courante est très peu absorbé tandis qu’administré par voie sanguine il se concentre principalement dans l’os, alors que sa présence dans le cerveau est en très faibles quantités". Cependant, si la neurotoxicité est reconnue, un consensus existerait pour une action survenant uniquement lors d’une forte ingestion et en cas de consommation chronique à des dosages élevés. A propos des doses considérées comme toxiques par nos Académiciens, ils commettent une erreur grossière en se basant sur les valeurs toxicologiques de l'aluminium absorbé par voie orale (1 mg/kg/jour) et les faibles doses d'adjuvant aluminique contenues dans les vaccins (< 0,80 mg par dose). Or il est bien évident que l'absorption digestive, très négligeable, n'a rien à voir avec un dose de vaccin injectée par voie intra-musculaire.  Enfin l’adjuvant aluminique serait, selon l'Académie, irremplaçable puisque "les adjuvants non aluminiques nouveaux et/ou en cours d’investigation ne sont pas destinés au remplacement des sels d’aluminium, mais à permettre d’élaborer d’autres vaccins". Ce dogme de l'aluminium incontournable feint d'ignorer qu'un autre adjuvant, le phosphate de calcium, a été utilisé durant des années en France sans que personne n'y trouve à redire quoique ce soit, comme on le verra plus bas. Même des spécialistes de l'industrie pharmaceutique vaccinale ont reconnu cet aspect quasi-expérimental du choix de l'alumium comme adjuvant : "En réalité, le seul adjuvant [aluminique] autorisé pour la consommation humaine, est le plus empirique. Personne sait comment il fonctionne, personne ne connaît sa biodistribution. […] En fait, je crois que si l’alun arrivait maintenant, il ne serait pas accepté » (Dr N. Garçon, laboratoire GSK. Atelier sur l’évaluation de la sécurité des vaccins, États-Unis, 2002).

Aucune autorité sanitaire ne se pose la question de savoir pourquoi une nouvelle entité histologique particulièrement atypique émerge lors d'une première publication de l'année 1998, soit un peu moins de 4 années après le début de l'énorme vague vaccinale contre l'hépatite B (20 millions de personnes vaccinées en 4 ans) dans notre pays. Si cette image n'était qu'un simple "tatouage vaccinal", comment se fait-il qu'elle n'ait pas été décrite auparavant ?

Les expérimentations animales [18] chez la souris vont venir apporter un éclairage important à la compréhension de la MFM. Lorsqu'il est injecté en I.M., l'aluminium (marqué par fluorescence) reste dans le muscle ou bien se distribue pour partie (50%) dans le système lymphatique,  passe dans les macrophages sanguins, la rate et enfin tardivement et lentement, via ces mêmes macrophages, dans les structures cérébrales où il reste stocké de façon cumulative. "On s’achemine actuellement vers l’idée que  certaines personnes auraient, en raison de leur âge, ou d’un terrain génétique particulier, une propension particulière à développer une inflammation musculaire et cérébrale induite par l’hydroxyde ’aluminium"explique le Pr. Gherardi [19]. De plus, les troubles cognitifs (mémoire, concentration...) constatés par des tests neuro-psychologiues objectifs dans la MFM attestent bien la présence de lésions organiques cérébrales (qui peuvent être aussi mises en évidence sur des images de scintigraphies cérébrales ou de PET-scans).

L'apparition d'un MFM chez certaines personnes et pas chez d'autres serait peut-être due à un facteur génétique (typage HLA DRB1*01) non encore bien déterminé et/ou à l'accumulation de vaccins aluminiques au fil de la vie. La susceptibilité de voir se développer les signes d'une MFM est en fait encore très mal connue. De nombreuses personnes peuvent probablement être touchées par ce syndrome récemment individualisé et largement sous-estimé. Le centre de référence du CHU de Créteil assure déjà à lui seul le suivi de plus de 500 personnes.



Compte-tenu de ces éléments, le Ministère de la santé vient enfin, et sous la pression de l’association E3M, de mettre en place un comité scientifique chargé de piloter la recherche sur les vaccins aluminiques et leur lien avec la MFM. En attendant, un premier rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a été publié en juillet 2013 [20]. Il prône bien sûr la poursuite des vaccinations contenant de l’aluminium au nom du rapport bénéfice-risque, favorable à des vaccins utilisés depuis plus de 80 ans. Cet avis ne parle cependant plus d’innocuité absolue des vaccins aluminiques et laisse des questions en suspens (délai de résorption de l’aluminium, pourcentage de personnes présentant des lésions histologiques persistantes, caractère pathologique de ces lésions…). Le HCSP encourage donc la poursuite des recherches visant à évaluer la sécurité des adjuvants disponibles et en développement. 

Le nombre exact de personnes atteintes par cette pathologie émergente est très fortement sous-diagnostiqué. De plus le rôle nocif de l'aluminium pourrait possiblement expliquer un très large spectre de pathologies voisines et mal connues (fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, syndrome de la guerre du Golfe). Toutes ces affections mal connues sont en effet souvent prises au départ au mieux pour des affections psychiatriques au pire pour des "malades imaginaires", devant l'absence d'éléments objectifs retrouvés lors des explorations réalisées. Le syndrome de fatigue chronique [21] toucherait à lui seul environ 0,5% de la population industrialisée (soit environ 300.000 personnes en France). Or si une biopsie musculaire est réalisée dans cette population, des lésions de MFM sont mises en évidence presque une fois sur trois au centre de référence de Créteil. Ceci démontre que nous ne connaisssons à peine la partie émergée de l'iceberg représenté par toutes ces pathologies similaires et dont les causes sont sûrement multiples mais où la MFM tient une place importante. Certains immunologistes [22] évoquent même la possibilité d'un cadre plus large d'un syndrome auto-immunitaire induit par les adjuvants appelé "ASIA". 


A partir de ces constatations, le principe de précaution concernant le rôle potentiel de l’aluminium vaccinal incite avec raison certains médecins de ne pas vacciner et certaines personnes à refuser de se faire vacciner par un produit incluant cet adjuvant.  Rappelons qu’en ce qui concerne la vaccination contre diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTPolio) cette protection est obligatoire chez le nourrisson et des rappels sont recommandés par les autorités sanitaires aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte. 


Un choix a longtemps été possible puisque l’Institut Pasteur a commercialisé durant des décennies un vaccin "IPAD DTCP" dont l’adjuvant était le phosphate de calcium, sans effet secondaire notable (avec l’avantage d’utiliser le calcium qui est un composant naturel de l’organisme). Les responsables de l’Institut avaient d’ailleurs fait le choix de ne plus utiliser l’aluminium à partir des analyses scientifiques attestant de la toxicité potentielle de cet adjuvant. Lorsque le laboratoire Mérieux racheta la branche vaccins de l’Institut Pasteur en 1985, ses responsables imposèrent leur propre adjuvant qui était l’hydroxyde d’aluminium.



Une alternative existait encore ensuite jusqu'en juin 2008, avec l’existence d’un vaccin DTPolio, commercialisé par le même groupe Aventis-Pasteur-MSD, qui ne contenait pas d’adjuvant. Mais celui-ci fut retiré brutalement du marché à la suite de déclaration de réactions allergiques rapportées par le fabricant et dont la fréquence un peu plus notable n’atteignait en fait qu’un seul lot. Mais l’AFSSAPS préféra se plier aux desiderata commerciaux du laboratoire français producteur de vaccins. Ceci permet depuis à l’industriel de détenir le monopole de vente du vaccin DTPolio avec adjuvant (Révaxis) au prix de 10,23 € contre un ancien DTPolio® sans adjuvant qui n’était facturé que 6,70 €. Chez le nourrisson, le bénéfice financier est encore plus notable pour son concurrent GSK puisque le vaccin obligatoire à trois valences est inclus dans un kit de six valences (Infanrix Hexa) contenant celui de l'hépatite B, au prix de 40,76 €.


Depuis cette date, le Ministère de la santé se refuse à vouloir trouver une solution de remplacement pour un vaccin qui est pourtant associé à une obligation vaccinale chez l'enfant et dont les rappels sont fortement recommandés chez l'adulte. Une obligation juridique et déontologique obligerait pourtant nos instances de santé à pouvoir proposer un vaccin DTPolio sans aluminium afin de laisser le libre choix à chaque individu de recevoir ou non cet adjuvant aluminique vaccinal. 

C'est la raison pour laquelle l'association de malades E3M a décidé de lancer une pétition nationale adressée au Ministère de la santé pour réclamer le retour de vaccins sans aluminium pour les enfants et les adultes qui se voient depuis 5 années privés du libre choix d'un vaccin qui était réalisé, avant son arrêt de commercialisation, chez plus d'un million de personnes chaque année en France. Si vous souhaitez vous associer à cette demande (70.000 signatures au 22.07.2013), vous pouvez signer sur ce lien.

Pendant la campagne présidentielle, un engagement clair avait été pris par notre Ministre de la santé actuelle, Mme Marisol TOURAINE, concernant le problème de l'aluminium dans le vaccin DTPolio : «[les familles] doivent également avoir le choix de faire procéder aux vaccinations obligatoires par des vaccins sans sel d'aluminium, d'autant plus que cela était le cas jusqu'en 2008».

En juin 2004, l’OMS [23] reconnaissait que « l’innocuité des adjuvants est un domaine important et négligé. Dans la mesure où les adjuvants ont leurs propres propriétés pharmacologiques, susceptibles de modifier l’immunogénicité et la sécurité des vaccins, l’évaluation de leur innocuité est indispensable ».

Et pour l'alu, si en attendant, on attendait ?


Dominique LE HOUEZEC


PS : Pour approfondir le sujet de la myofasciite à macrophages, on peut lire un excellent article de vulgarisation dans la revue Kinésithérapie juillet 2008 N° 79, en ligne sur le site de l'association REVAHB. Si l'on veut approfondir encore plus le sujet, le site de l'association E3M répondra à toutes vos questions de même que le livre de Virginie BELLE "Quand l'aluminium nous empoisonne" Ed. Max Milo 2010





[1] Gherardi RK, Coquet M, Chérin P, Authier  FJ, Laforet P, Belec L. et al. Macrophagic myofasciitis, an emerging entity. Groupe d'Etudes et Recherche sur les Maladies Musculaires Acquises et Dysimmunitaires (GERMMAD) de l'Association Française contre les Myopathies (AFM). Lancet 1998 ; 352 : 347-52
[2] Gourier-Fréry C, Fréry N, Berr C, Cordier S, Garnier R,  Isnard H, Ravault C, Renaudeau C. Aluminium. Quels risques pour la santé ? Rapport INVS, Nov. 2003
[3] Tomljenovic L., Shaw C.A. Aluminum Vaccine Adjuvants: Are they Safe? Current Medicinal Chemistry, 2011, 18, 2630-2637
[4] AlfrayAC, LeGendre GR, Kaehny WD. The dialysis encephalopathy syndrome. Possible aluminium intoxication. N Engl J Med 1976; 294(4):184-8.
[5] Rondeau V, Commenges D, Jacqmin-Gadda H, Dartigues JF. Relation between aluminum concentrations in drinking water and Alzheimer's disease: an 8-year follow-up study. Am J Epidemiol 2000 Jul 1; 152(1):59-66
[6] McLachlan DR, Bergeron C, Smith JE, Boomer D, Rifat SL. Risk for neuropathologically confirmed Alzheimer's disease and residual aluminum in municipal drinking water employing weighted residential histories]. Neurology 1996; 46(2):401-5.
[7] Bishop NJ, Morley R, Day JP, Lucas A. Aluminum neurotoxicity in preterm infants receiving
intravenous-feeding solutions. N Engl J Med 1997; 336(22):1557-61.
[8] Exley C. Siesjo P. Eriksson H. L’immunobiologie des adjuvants aluminiques : comment fonctionnent-ils réellement ? Trends in Immunology 2010 ; Vol.31 No.3
[9] Gherardi R. K. Coquet M. Chérin P. Belec L, Moretto P. Dreyfus P-A. Pellissier J-F. Chariot P. Authier F-J Macrophagic myofasciitis lesions assess long-term persistence of vaccine-derived aluminium hydroxide in muscle. Brain, 2001; 124: 1821-31
[10] E3M : Association Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages
[11] Siegrist CA. Les adjuvants vaccinaux et la myofasciite à macrophages. 25 novembre 2003. Bull. Acad. Natle Méd, 2003, Tome 187,  No 8, p. 1511-1522
[12] Siegrist CA. Polémiques de sécurité vaccinale : fin d’une histoire ou histoire sans fin ? Revue Médicale Suisse 2001, Numéro : 2380 
[13] Etude épidémiologique exploratoire de la myofasciite à macrophages. Département de pharmacologie. CHU de Bordeaux. Octobre 2003
[14] AFSSAPS. Myofasciite à macrophages: communiqué faisant suite au point presse du 06/05/04
[15] AFSSAPS Évaluation du risque lié à l’utilisation de l’aluminium dans les produits cosmétiques. Octobre 2011
[16] E3 M Conseil Scientifique de l'Afssaps Avis du 5 Mai 2004. Conflits d'intérêts. Mars 2011
[17] Académie nationale de médecine. Pierre Bégué, Marc Girard, Hervé Bazin, Jean-François Bach. Les adjuvants vaccinaux: quelle actualité en 2012 ?
[18] RK Gherardi et FJ Authier (INSERM U 955) Myofasciite à Macrophages : caractérisation et physiopathologie. Lupus (2012) 21, 184–189
[19] Belle V. Quand l’aluminium nous empoisonne. Max Milo éditions 2010
[20] HCSP. Aluminium et vaccins. Rapport. 11.07.2013
[21] Hatron P.Y Syndrome de fatigue  chronique. Orphanet. Avril 2009
[22] Shoenfeld YAgmon-Levin N. "ASIA" - Autoimmune/inflammatory syndrome induced by 
adjuvants. J. Autoimmun. 2011 Feb;36(1):4-8.
[23] OMS. Comité consultatif mondial sur la Sécurité des Vaccins, 10-11 juin 2004

4 commentaires:

  1. intéressant
    http://et-sante.com/actualites-de-la-sante/37-actualit%C3%A9/410-les-m%C3%A9decins-s-unissent-contre-l-aluminium-dans-les-vaccins.html

    RépondreSupprimer
  2. Combien de malades faudra-t-il avant qu'on ne prenne enfin la mesure du problème aluminium ? combien de temps ? Comme pour l'amiante, les intérêts économiques, la pression des lobbies utilisant l'alu aux dépends de la santé des citoyens...
    Marie Jeanne

    RépondreSupprimer
  3. Qu'en est il des autres vaccins américains allemands anglais russes ou chinois?
    J'avais comme notion qu'il n'existait que 2 vaccins contre l'hépatite B le français et l'américain et qu'il n'y avait pas de problème de sclérose en plaques là où est pratiqué le vaccin américain ?

    RépondreSupprimer
  4. Merci de votre remarque qui est née d'une rulmeur entretenu par le lobby pro-vaccinal.
    Il existe en fait trois vaccins anti-hépatite B fabriqués par "génie génétique" et commercialisés en Europe et en Amérique du Nord:
    - Le GenHévac B Pasteur qui a eu une AMM en 1987 (laboratoire Sanofi Pasteur MSD) contient l' antigène de surface du virus de l'hépatite B, dénommé HBs, plus un antigène pré-S, fabriqués tous deux sur une lignée de cellules d'ovaires de hamsters
    - le vaccin HB-Vax DNA, dont l'AMM a été obtenu en 1994 (laboratoire Sanofi Pasteur MSD), contient un antigène HBs produit sur une souche de levure Saccharomyces cerevisiae. Ce vaccin est la copie d'un vaccin commercialisé en Amérique du Nord sous le nom de Recombivax HB par MSD.
    - le vaccin Engérix, dont l'AMM a été obtenue en 1988 (laboratoire SKB) contient le même antigène HBs obtenu sur le même type de cultures de levures.
    Je ne connais pas les vaccins utilisés en Asie ou en Russie.
    L'Europe et l'Amérique du Nord utilisent donc les mêmes vaccins. Le Gen-Hévac B n'a par contre eu à ma connaissance qu'une diffusion purement Européenne et peut-être aussi Africaine.
    Le problème des SEP post-vaccinales n'est pas un problème franco-français comme se plaisent à le répéter en boucle les défenseurs de l'inocuité absolue du vaccin anti-HB. L'étude épidémiologique de M.A. HERNAN (2004) qui a montré un risque multiplié par 3,1 de voir apparaitre une SEP dans les 3 années suivant une vaccination a été réalsiée sur un population britannique.Une étude cas-contrôle de DA. GEIER (2005) réalisée sur les rapports spontanés de la vaccinovigilance aux USA (le VAERS) ont retrouvé une fréquence 5 fois plus élevée de SEP rapportées après un vaccin HB qu'après un vaccin anti-tétanique.
    D. Le Houézec

    RépondreSupprimer