BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

21 juin 2014

1944/2014 - COMMEMORER AUTREMENT ?

Cimetière allemand de la Cambe (14)
où sont inhumés 21222 soldats
Le 6 juin dernier, une vingtaine de chefs-d'état et/ou de gouvernement, ainsi qu'une douzaine de têtes couronnées ont retenu leur lunch-box [1] au château de Bénouville dans le Calvados. Quoi de plus normal me direz-vous ? C'est leur travail, la représentation en mondiovision avec dépôts de gerbes ostentatoires et accolades mouillées aux vétérans. Peut-être ont-ils causé entre la poire et le fromage [2] de contrats juteux dans l'aéronautique, le militaire ou le nucléaire ? Les savoir eux, leurs snipers et leurs apparatchiks dans ces lieux chers à ma mémoire m'a donné quand même un peu d'urticaire. Non que j'apprécie plus que cela la bâtisse néoclassique dessinée par Nicolas Ledoux [3]. Je souhaite simplement que quelques unes des soixante dix dernières années de l'utilisation de ce château ne passent pas dans les oubliettes de l'Histoire.
   


                                                   
Baptême de bébés nés à la maternité
de Bénouville  (27 juillet 1944)
Dans les années 1970/80, alors jeune interne en pédiatrie, je me rappelle y examinant les nourrissons... La maternité, inaugurée en 1927, avait déjà cessé de fonctionner. La postérité, toujours anecdotique, y retiendra la naissance en 1945 du chanteur Gérard Lenormand. Au sein du château, la "Maison Maternelle" accueillait toujours de futures mères en difficulté pour lesquelles je m'essayais à des topos de puériculture. A cette époque co-existaient également un Foyer de l'enfance qui hébergeait des enfants placés ou confiés à la DASS et, excusez du peu, un IME pour enfants cérébro-lésés lourdement atteints (On disait à l'époque "encéphalopathes"). Les uns et les autres « parachutés » dans des préfabriqués hâtivement montés dans le parc. Un curieux mélange des genres, certes formateur pour un jeune soignant mais hélas peu cohérent pour éducateurs et leur « patientèle »...

Je me rappelle que l'herbe souvent haute mouillait mes chaussures quand, lors d'une pause, j'allais voir passer un grumier ou un vraquier remontant le canal jusqu'à Blainville. Dans ce beau lieu encore méconnu par nos édiles, il y avait de belles personnes dont je prétends saluer la mémoire en modifiant un peu leur nom pour qu'elles se reconnaissent aisément tout en sauvegardant leur modestie naturelle. Isabelle Patissier, puéricultrice, régnait démocratiquement sur les nourrissons des "Tilleuls" et sa collègue Francesca Bouvier était la responsable des « grands », logés aux  "Marronniers". Je songe aussi à Noëlle Le Gall et à d'autres monitrices ou auxiliaires de puériculture.... J'entends encore la voix de stentor de Lucy Verly résonnant dans le grand escalier du Château ! Je me rappelle aussi le sourire un peu triste de certaines mères accueillies à la Maison Maternelle et en particulier celui de Fanny Ravault qui m'a plus tard fait l'honneur de me confier le suivi de ses enfants.


Chateau de Bénouville (14) construit en
1780 par Nicolas Ledoux
L'administration nous opposait - déjà - le manque de crédits aux demandes de rénovation que l'hygiène élémentaire réclamait effectivement. Pourtant dans les années 1980,  des fonds furent miraculeusement débloqués pour réhabiliter de façon somptueuse le bâtiment, redorer les lambris, refondre le jardin pour y loger... la Cour des Comptes, qui y siégea de 1982 à 2013 avant de laisser sa place aujourd'hui à l'Institut Européen des Jardins et des Paysages. Autrefois, les moines s'installaient toujours dans de beaux endroits. Maintenant les politiques et leurs administrations trouvent toujours des fonds publics pour loger bellement leurs clercs et leurs dignitaires ! A Caen, le Conseil Régional a occupé les locaux conventuels de l'Abbaye aux Dames magnifiquement restaurés après un long temps d'occupation par les peu solvables pensionnaires de l'hospice St Louis, historiquement précédés par les aussi peu solvables enfants trouvés. 


Heureuses années 1970 ! Le bonheur paraissait alors à portée de main y compris pour les obscurs, les sans grades, les sans-papiers... Depuis il y a eu l'OMC, les armes chimiques et nucléaires en abondance, Sangate et Lampedusa, la lente sortie du bois du Front national [4] comme si le souvenir d'Hiroshima et d'Auschwitz s'était évanoui de nos mémoires.

Peu m'importe si Elizabeth II a fait ou pas le voyage à Bayeux pour remettre sa cloche à  l’évêque, si Poutine s'est vu servir ou pas la salade de tomates "Noires de Crimée" qu'il affectionne particulièrement, si Obama, prix Nobel de la Paix, était accompagné par ses gentils drôles ou par ses moins sympathiques drones. 

Bénouville 2014, une autre commémoration était-elle possible ? Sans ballets d'hélicoptères ni militaires déguisés en ballerines, sans courbettes ni hypocrisie. Personnellement, je pense que oui : les rencontres organisées entre anciens résistants et écoliers, collégiens ou lycéens sont souvent le fruit d'initiatives personnelles et locales. Elle me paraissent à encourager autant que le temps le permettra et le relais sera pris ensuite par la vidéo dont les historiens pourront éventuellement se servir. 

Je préfère quant à moi la visite solitaire en automne du cimetière américain de St Laurent ou, plus impressionnant encore, celui des tombes allemandes de la Cambe. La lecture des ouvrages historiques sur cette période m'accompagne depuis que j'ai dix ans...  


Alain QUESNEY


[1] Voir plutôt  « The lunch box », le délicieux film indien de Ritesh Batra (2013).
[2] Le secret du menu concocté par cinq chefs normands médaillés est resté bien gardé. Peu m'en chaut !
[3] Du même Nicolas Ledoux, voir aussi l'église de Cruzy le Châtel dans l'Yonne
[4] Même le nom  « Front National »  est une arnaque puisqu'il désignait durant l'occupation un  important mouvement de Résistance. 

4 commentaires:

  1. GONDREE Françoise23 juin 2014 à 14:57

    70ème anniversaire du Débarquement, grand "Falbala" médiatique au mépris des locaux et de la réalité...
    A lire également à l'adresse suivante :
    http://www.editions-pantheon.fr/francoise-h.-gondree/essais/pegasus-bridge-le-pont-de-l-espoir.html

    Et à dénoncer le vol du musée privé de "l'Aspeg" (Musée de Pegasus Bridge) par le lobby politico-militaro-touristique dénommé " Comité du débarquement"...
    Voir site pour plus d'infos le site : www.pegasusbridge.fr

    RépondreSupprimer
  2. FELLOUSE Jean-Claude23 juin 2014 à 15:13

    Il a été question récemment du sort des enfants dit "naturels", en Irlande, dans des maisons type Bénouville. Ces enfants mal-nés étaient trucidés et enterrés dans le parc et leurs mères traitées comme des chiennes.
    Voir l'article du Figaro du 04.06.2014 :"Les restes de 800 enfants localisés dans une fosse commune en Irlande". http://www.lefigaro.fr/international/2014/06/04/01003-20140604ARTFIG00138-les-restes-de-800-enfants-localises-dans-une-fosse-commune-en-irlande.php

    RépondreSupprimer
  3. J'ai appris récemment qu'un ancien combattant n'avait pas été invité à la commémoration car il ne pouvait pas être porte-drapeau (un peu lourd pour son grand âge peut être?). Il a eu de la peine évidemment, d'être mis à l'écart, de voir qu'on "festoyait" autour d'un évènement si triste (les américains sont-ils vraiment venus nous sauver, ou ont ils juste voulu asseoir leur supériorité?) et il a ajouté entendre encore les cris de ses camarades... Comment peut on à ce point ne pas porter attention aux hommes (et femmes) qui ont souffert pour notre pays?

    RépondreSupprimer
  4. Élève infirmière en 1980, j'ai fait un stage à l'IME de Bénouville chargé d'émotion. Je garde le souvenir de ces petits êtres très fragiles que je devais nourrir à la sonde gastrique et que je promenais dans le parc en poussette ou porte-bébé. Je me souviens aussi du retour de vacances quand je retrouvais un petit lit vide. J'ai également fait un stage à l'Hospice Saint-Louis. Dans les grandes salles communes très vétustes, nous faisions les toilettes et les soins aux vieilles femmes sous le regard des religieuses encore en place. La rénovation de ces deux lieux m'a inspiré le même sentiment que le docteur Quesney sur l'utilisation des fonds publics et la priorité qu'on leur donne. Je viens de visiter le château de Bénouville et, il y a peu, l'Abbaye aux Dames. Je regrette qu'on y occulte complètement ce passé.

    RépondreSupprimer