BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

5 décembre 2017

LES HUILES "ESSENTIELLES" LE SONT-ELLES VRAIMENT ?

Les produits à base d’huiles essentielles sont à la mode et donc largement utilisées dans de multiples indications, reposant plus sur la tradition séculaire que sur des données scientifiques validées. De nombreux parents utilisent facilement ces produits naturels afin d’éviter l’usage de produits issus de l’industrie chimique. Malheureusement ces huiles essentielles ne sont pas toujours inoffensives, en particulier chez l'enfant.



Les préparations anti-poux dites "naturelles" à base d'huiles essentielles ont ainsi le vent en poupe et utilisées "larga manu" que ce soit en applications curatives ou également pour prévenir l’apparition des petits parasites du cuir chevelu. Deux produits sont utilisés dans ces indications, la lavande et l’arbre à thé (souvent dénommé « tea tree » dans la pharmacopée des huiles essentielles).

Le centre antipoison de Lille a pourtant publié en 2016 un bulletin d’information intitulé «Alerte : intoxications aux huiles essentielles ». Les pharmacologues y font le point sur la toxicité potenteille des principales huiles essentielle et ils y présentent quelques exemples préoccupants (1). Les intoxications se produisent en cas d’ingestion, d’inhalation prolongée ou d’application cutanée (surface importante, zone où la peau est très fine, solution concentrée ou quantité importante, nourrissons). Les alertes reçues sont principalement le fait d’intoxications pédiatriques à 73% concernant des enfants âgés de moins de 15 ans et majoritairement de 1 à 4 ans (60%). L’exposition était accidentelle dans la quasi-totalité des cas (accident domestique, erreur thérapeutique, effets indésirables médicamenteux).  

En ce qui concerne plus spécifiquement l'huile de lavande et l’arbre à thé, ces produits sont de plus fortement soupçonnés de posséder des propriétés hormonales féminines. Ce document décrit en effet trois cas de poussée mammaire anormale chez des jeunes garçons. Selon les auteurs de ce bulletin, ces symptômes pourraient être provoqués par « une éventuelle stimulation œstrogénique des composants de l’huile essentielle de lavande ». L’arbre à thé est également suspecté.

Ces deux huiles essentielles d’usage courant pourraient donc mimer l’action d’hormones oestrogéniques et agir comme des perturbateurs endocriniens. Et ces trois cas ne sont pas isolés sur le territoire français où d'autres observations similaires ont été signalées à la pharmacovigilance nationale (ANSM). Cet organisme ne donne encore curieusement aucune consigne officielle sur les précautions à prendre lors de l'utilisation de ces produits de l'aromathérapie. ll y a quelques années, la seule interdiction avait concerné l’utilisation du camphre, de l'eucalyptol et du menthol dans la fabrication de produits cosmétiques destinés aux enfants, trois dérivés terpéniques dont les risques toxiques sont importants (risque de convulsions).

Parmi les trop rares publications scientifiques qui ont étudié l’hypothèse de perturbations endocriniennes lors d’expositions aux huiles essentielles, l’une d’elles a été publiée dans le New England Journal of Medicine (2). Cette étude décrit des poussées mammaires survenues chez trois garçons âgés de 4, 7 et 10 ans. Ces derniers utilisaient régulièrement des cosmétiques formulés avec des huiles essentielles de lavande et d’arbre à thé. Les symptômes ont régressé après que les enfants aient stoppé ces produits. En complément de leurs observations, les chercheurs américains ont testé les effets des huiles essentielles de lavande et d’arbre à thé sur des lignées de cellules humaines sensibles aux hormones œstrogènes. Selon leurs conclusions, cette expérience met en évidence une activité qui se rapprocherait de celle des œstrogènes naturels.

De leur côté, les fabricants jouent la discrétion. Ils ont en effet popularisé leurs produits en surfant sur la méfiance envers des ingrédients de synthèse comme les parabènes, soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens. Et aujourd’hui, les mêmes doutes pourraient peser sur leurs propres produits.

Si l'on complète le panorama des effets indésirables des huiles essentielles, il est reconnu que certaines d'entre elles ont un pouvoir allergisant sur la peau et seront localement toxiques en cas de contact prolongé ou suite à l'application de concentrations importantes.



Il faut enfin rappeler que les vaporisations ou diffusions d'huiles essentielles ne sont pas anodines en usage répété même si on les présente comme des produits "assainissants", "purifiants", "rafraîchissants". Si l'odeur agréable de leur émanation évoque la nature et la zen attitude, elle s'accompagne aussi du relargage de composés organiques volatils (COV), végétaux ou de synthèse (aldéhydes, phénols, limonème...), quelle que soit leur conditionnement: sprays désodorisants, bougies, ou autres encens... La bonne odeur cache une pollution non négligeable (3). Rajouter une bonne odeur à une mauvaise odeur est un cache-misère. La lutte contre la pollution de l'air intérieur est plus efficace en ouvrant les fenêtres tous les jours et en ventilant les espaces intérieurs des habitations de façon permanente grâce à une VMC efficace et entretenue régulièrement. 

Ces produits aromatiques bénéficient d’un espace de liberté rare dans un pays, où l’on a l’habitude de tout réglementer. Peu de produits échappent au monopole pharmaceutique, notamment dans le domaine de la santé. Pour l’aromathérapie, seule une quinzaine d’huiles essentielles sont régies par une réglementation particulière, obligeant la vente en officine. Les autres extraits de plantes sont en vente libre donnant à cette tolérance l’impression que les huiles essentielles ne nécessiteraient aucune précaution particulière. 


Ce principe de précaution doit s'appliquer de façon encore plus stricte chez l'enfant pour lequel aucune indication sérieuse de cette gamme de produits ne devrait être accordée. Ce principe est également de mise chez la femme enceinte ou qui allaite son enfant.


D. Le Houézec


(1) Centre anti-poison CHRU de Lille – Télétox 2016
(2) HENLEY D.V. Prepubertal Gynecomastia Linked to Lavender and Tea Tree Oils. N Engl J Med 2007; 356:479-485
(3) 60 millions de consommateurs: "Désodorisants, ils sont polluants et allergisants". N° 538 - juin 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire