BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

21 août 2012

UN IMMENSE BÉNÉFICE



Dans un article  relatif à la fin de vie et l' euthanasie, un article d'un quotidien régional écrivait récemment "En France, les soins  palliatifs se sont développés. En 2009, ce sont 119.000 patients, dont 48 % de cancéreux, qui en avaient bénéficié"

Dans le "Traité de médecine légale et de droit de la santé" (1) il est écrit page 75 au chapitre intitulé "Autopsie": "Le corps bénéficie d'une radiographie corps entier en position neutre, à la recherche de corps étrangers radio-opaques pouvant correspondre à un élément lésionnel (projectile d'arme à feu par exemple) ou à un élément identificatoire (matériel prothétique)".


Le terme bénéficier est par ailleurs très souvent utilisé dans le cadre des vaccinations. On lit par exemple dans le Bulletin officiel n°43 du 19 novembre 2009 (2) :"La production d'un certificat médical attestant que l'enfant a bénéficié des vaccinations obligatoires telles que décrites dans les articles L.3111-2 et L.311-3 du code de Santé publique reste nécessaire au moment de l'inscription".

Il me semble que «bénéficier de» signifie retirer un bénéfice, retirer un  bien, retirer un profit.


Si une autopsie est nécessaire il faut la faire, mais c'est un abus de langage de dire que le corps bénéficie. De même, certaines vaccinations peuvent être utiles mais un certificat médical attestant qu'un enfant a «bénéficié» des vaccinations ne peut être qu'un pari. Cela peut être vrai pour un groupe et au bout d'un certain temps, mais il est inexact de confondre injection d'un vaccin et bénéfice. Un bon vaccin diminue la probabilité d'une maladie mais il ne bénéficie qu'à ceux qui auraient eu cette maladie en l'absence de vaccin. Le bénéfice n'est ni constant ni immédiat.

Les soins palliatifs sont certainement un progrès mais utiliser le terme bénéficier à leur propos, c'est leur supposer une utilité constante et une absence totale de nocivité.


Plus généralement, le terme bénéficier interdit une évaluation correcte des actes médicaux. Les  médecins ont envie de faire bien, ils ont envie de faire du bien.Ils ont envie que le malade bénéficie de leurs soins, qu'il bénéficie du traitement. Ils y arrivent souvent dans certaines pathologies, moins souvent dans d'autres, mais en tout cas pas de façon constante. Ils aimeraient que leurs traitement n'aient aucun effet indésirable et là aussi ils y arrivent parfois mais pas toujours.

Utiliser toujours le mot « bénéficier » pour décrire la conséquence de leurs actes, c'est renoncer à les évaluer. C'est en déclarant que tout est  toujours bénéfice, renoncer à chercher à aller toujours vers le maximum d'efficacité et d'innocuité.



Jean-Pierre LELLOUCHE

(1) Traité de médecine légale et de droit de la santé, sous la direction de Michel Debout & Patrick Chariot. Éditeur : Vuibert, Paris

(2) Bulletin officiel n° 43 du 19 novembre 2009. Demandes de certificats médicaux en milieu scolaire  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire