BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

25 août 2012

PEUT-ON "INITIER" UN VACCIN ?




Objets inanimés, avez vous donc une âme qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ? Alphonse de Lamartine (1847)



Dans un avis émis par le Haut Conseil à la santé Publique concernant les  vaccins anti-papillomavirus (HPV), on peut lire ceci : « Il (Le  Haut Conseil) rappelle que les deux vaccins disponibles contre les infections par les HPV ne sont pas interchangeables et que toute vaccination initiée avec
l’un d’eux doit être menée à son terme avec le même vaccin».



En d’autres termes si l'on fait une injection de Gardasil il faudra faire deux autres injections de Gardasil et non pas deux injections de Cervarix. De même si l'on fait une injection de Cervarix, on ne pourra pas compléter la vaccination par deux injections de Gardasil.

Ce terme «initiée» dans «vaccination initiée» me gêne. Ne pourrait-on pas s'exprimer autrement ? N’y a-t-il aucune expression plus appropriée pour parler de cela ?



 Je voudrais dans ce texte,

1-) Démontrer ou rappeler que ce terme est un néologisme d’origine anglo-américaine

2-) Qu’il s’inscrit dans un mouvement de pensée qui tend à conférer une âme aux objets inanimés et dans le même temps à chosifier les êtres humains

3-) Qu’il ne dit rien ou qu’il le dit très mal de ce qui se passe chez un être vivant lorsqu’il reçoit une deux ou trois doses de vaccin.

Reprenons notre argumentaire :

1-) Ce  terme  est un néologisme d’ origine anglo-américaine. En Français, on initie quelqu’un à quelque chose. Le dictionnaire Littré, trésor de la langue Française, et d’ autres dictionnaires nous apprennent que ce verbe est transitif et donnent des exemples dont aucun ne ressemble à "vaccination initiée". En revanche, il est fréquent dans la langue anglaise de dire «initiate»  pour «commencer une action». Le Collins Cobuild propose même en premier cette  définition « If you initiate something, you start it or cause it to happen »

 2-) Animer les objets et chosifier les êtres. Aujourd’hui on ne vous demande  plus de remplir une fiche mais de la renseigner. Et si vous oubliez telle ou telle rubrique, on vous le fera remarquer en disant «Vous avez omis de  renseigner votre numéro de téléphone » ou bien « Vous avez omis de  renseigner votre code postal » ou parfois même « Vous avez omis de  renseigner le nom de jeune fille de votre mère ».


 3-) Lorsque l’on injecte un vaccin contre certaines maladies, comme  la  rubéole ou la rougeole, on entraîne une protection immédiate dès l’injection, chez la quasi totalité des personnes ayant reçu une injection de ce vaccin. Chez la quasi-totalité, mais pas chez tous, puisque 1, 2 ou 3 % des personnes ayant reçu cette injection ne seront pas protégées. Autrefois et jusque dans les années 1970, les enfants recevaient souvent des gammaglobulines pour des infections répétées, mêmes bénignes. Et lorsqu’un enfant qui avait reçu des gammaglobulines les semaines précédentes l'injection de vaccin contre la rougeole ou la rubéole, il était fréquent que ce vaccin n’ait alors aucun effet.

Le vaccin contre la tuberculose (BCG) est lui aussi actif en une seule  injection mais la protection conférée est différente en ce qu’elle est moins  fréquente (il n’ y a  pas  plus de 90% de personnes protégées mais plutôt de l’ordre de 60 ou 70% ) et les  personnes ne sont protégées que contre une contamination «normale» et pas contre une contamination massive

Pour d’autres vaccins, il faut 2 ou 3 injections et parfois des  injections dites de rappel pour installer et maintenir une protection.

Je  rappelle ces notions élémentaires pour  insister sur le fait suivant: faire une injection de vaccin, c’est parfois protéger et protéger durablement, mais c’est aussi parfois ne pas protéger du tout ou protéger un peu pendant un temps plus ou moins long.

Lorsque plusieurs  injections sont nécessaires, la première injection de  vaccin est le début d’un processus dont on espère (avec habituellement de fortes chances de réussite) qu’il aboutira à une protection. Mais cette  première injection, protège-t-elle? Protège-t-elle un peu ? Protège-t-elle  longtemps ?

Quelle est la protection conférée par une injection et une seule de vaccin  anti-coquelucheux ? Quelle est la  protection conférée par une injection et une seule de vaccin  anti-hépatite B ? et de  vaccin  anti-papillomavirus ?

Et quelle est la protection conférée par deux doses de ces vaccins? Quand on injecte ces deux vaccins à 1 mois, à 2 mois, à 6 mois d’intervalle ?

Lorsque  l’on dit "j’ai fait une  première injection de vaccin et j’envisage de  faire la seconde dans un mois et la troisième dans 6 mois", on dit ce que l’on a fait et ce que l’on envisage de faire. De plus, lorsqu’on décrit ce que l’on fait, on se situe dans un cadre où ce que l’on fait a un but, assurer une  protection contre une maladie. Et puisque l’on veut assurer une protection on s’engage à vérifier que l’on le fait bien, on s’engage à évaluer les résultats de ce que l'on a fait au plan de l’individu vacciné et de la collectivité (vaccinés et non vaccinés).

En revanche,  lorsque l’on dit « la  vaccination a été initiée » on fait apparaître à la fois celui qui a fait l’injection vaccinale et celui qui a reçu cette  injection. Seule  reste  la  vaccination  qui  comme  le dit le Haut Comité de Santé  publique et comme  le  répète  le Guide des vaccinations «doit être menée à son terme avec le même vaccin».

Le médecin  qui  ayant fait une  injection de vaccin dit à son client "je vous ai fait une injection de vaccin" dit vrai et se met en situation de parler vrai à une personne considérée à priori comme capable de comprendre; celui qui dit je  vous ai vacciné dit quelque chose d’imprécis; celui qui dit "j’ai initié ou je vous ai initié" est un ignorantin ou un charlatan. Et le fait que cette "ignorantocharlatanerie" ait un parfum de modernité anglo-américaine n’excuse en rien ceux qui comme le Haut Comité de Santé publique ou comme le Guide des vaccinations s’ y  abandonnent.

Jean-Pierre LELLOUCHE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire